Simone de Beauvoir, la théoricienne du féminisme

Ayant vécu de 1908 à 1986, la vie de Simone de Beauvoir est une ode au féminisme. De sa jeunesse à sa mort, cette grande figure du mouvement pour la libération des femmes en France s’est évertuée à vivre selon ses choix et à combattre les stéréotypes. Voici de quoi il en retourne.

La jeunesse de Simone de Beauvoir

Brillante et studieuse, l’enfance et la jeunesse de Simone de Beauvoir ont été jalonnées par le succès dans ses études et des rencontres phares. Notamment, sa relation avec le célèbre Jean-Paul Sartre puis Nelson Algren qui fut puis son amant écrivain. Se faisant connaître l’année où elle a obtenue la deuxième place au concours d’agrégation de philosophie à la Sorbonne Simone de Beauvoir en 1929, Simone de Beauvoir s’émancipe en refusant la proposition de Sartre d’enseigner à ses côtés, de même qu’elle refuse de se marier à Nelson Algren qui lui demande sa main quelques années plus tard. Ne voulant pas être « écrasée dans la condition féminine » comme elle le mentionne dans une interview donnée à la télévision en 1975, elle est l’une des premières femmes à faire fi des stéréotypes de l’époque et affirme ses choix tout au long de sa vie.

Les ouvrages de Simone de Beauvoir

Considérée comme étant la première philosophe féministe affirmée, Simone de Beauvoir bouscule les codes dans les années 80 en publiant l’ouvrage « Deuxième Sexe » en 1949. C’est un ouvrage qui fait scandale, mais qui remporte un vif succès auprès du public féminin, car il parle ouvertement du droit d’avorter. Ce fut d’ailleurs, un ouvrage précurseur au mouvement féministe de la libération de la femme qui se déroula quelques années plus tard. Puis, il y a « Mémoires d’une jeune fille rangée » que Simone de Beauvoir écrit en 1958. Dans cet ouvrage, l’auteure fait mention de la manière dont elle a été éduquée et de sa perception personnelle du contexte sociétal de l’époque (mariage, maternité, tenue d’un foyer), qu’elle a choisi d’ignorer en prenant de l’âge.

Une femme engagée pour les femmes

À 63 ans, en avril 1971, « le Manifeste des 343 femmes » est un ajout important au travail de sa vie, car il énonce le nombre de femmes qui avortent en France et qui ne s’en cachent pas afin d’attirer l’attention de la société sur ce problème. Si c’est grâce à la loi Veil et la dépénalisation de l’avortement en 1982 que les femmes ont pu obtenir le droit d’avorter gratuitement et en toute légalité sur le territoire français, les écrits Simone de Beauvoir, ainsi que l’exemple de sa vie ont montré à de nombreuses femmes qu’elles sont libres de mener leur vie comme bon leur semble sans tenir compte des codes apposés par la société. L’engagement de Simone de Beauvoir va bien au-delà de la publication de livres, car cette grande militante fut un véritable exemple pour les générations de femmes qui ont suivi.

Livres manuscrits : découvrez les œuvres de Simone de Beauvoir
Clara Zetkin, l’initiatrice de la Journée de la Femme